Semaine de la Presse & des Médias (Niveau 4°)

Semaine de la Presse Semaine de la Presse  Depuis LE JEUDI 25 MARS 2021, les cours de Français des 4°Budapest et Vienne sont consacrés à la Semaine de la Presse et des Médias.

 

Le thème choisi les a tous motivés puisqu’il s’agit d’évoquer les adolescents et les réseaux sociaux

 

Voici donc les articles rédigés puis sélectionnés par les élèves.

 

Félicitations à tous d’avoir été sensibles à une actualité parfois dramatique.

 

Un grand merci à La Voix Du Nord pour les exemplaires gratuits et aux collègues Documentalistes.


 

L’influence des réseaux sociaux sur les adolescents d’aujourd’hui

 

Depuis l’arrivée d’internet, beaucoup de réseaux sociaux ont été créés et les jeunes aiment particulièrement ces applications. Malheureusement, elles arrivent parfois à les influencer.

 

Certaines personnes malveillantes s’amusent à poster de fausses informations, ils créent des sites parfois réalistes et y ajoutent de fausses publicités. Pour éviter de tomber dans ces pièges, nous pouvons vous faire découvrir des méthodes qui s’intitulent : « 3QPOC » (Quand, Qui, Quoi, Pourquoi, , Comment) ou encore utiliser des décodeurs pour voir si le site est fiable ou non (Le Monde).

 

Une rumeur peut provenir de « fake news », de jalousie ou de disputes, surtout entre adolescents. Cela peut mener à des actions irréparables comme de petits règlements de compte, à du harcèlement qui lui-même peut provoquer un suicide ou encore un homicide volontaire. C’est le cas de l’adolescente de quinze ans qui est décédée battue et noyée, il y a deux semaines de cela. En premier lieu, une discussion avec un adulte responsable de l’établissement scolaire doit avoir lieu pour désamorcer les choses sinon le harcèlement se propage et devient très dangereux, tout le monde peut y être confronté. Certains influenceurs, auteurs, nous disent et nous expliquent ce qui se produit avec la rumeur et avec le harcèlement comme :

 

  • Ÿ « Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites » publiée en 1888 par Victor Hugo,
  • Ÿ « La Rumeur » de Calogero,
  • Ÿ « Condamné à me tuer » livre de Jonathan Destin.

 

Thibaut MÉRIAUX & Gonzague DETRIVIÈRE, élèves de 4°Vienne


 

Les réseaux les mènent en bateau

 

Dans notre société d’aujourd’hui, les jeunes se préoccupent de moins en moins de la nature, de la vie. En revanche, leur conscience est plus attirée vers la technologie, plus particulièrement les réseaux sociaux. Mais cela peut nuire à leur santé.

 

Le plus souvent, c’est leur santé mentale qui est impactée, cela peut provoquer chez la personne des dépressions, des complexes, et dans les cas les plus extrêmes, certaines personnes ne peuvent pas supporter la pression et aller jusqu’au suicide.

 

Du côté des harceleurs, ils profitent de la faiblesse de leurs victimes, sans culpabiliser du mal qu’ils font gratuitement. Sur certains réseaux sociaux, des informations trompeuses peuvent être partagées, plus communément appelées des « fake news ».

 

Pour différencier le vrai du faux, nous allons vous donner six astuces :

 

  • Ÿ Qui ? L’auteur est-il identifié ? Est-il expert ?
  • Ÿ Quoi ? Quelle est la nature de l’information ? Des sources sont-elles citées ?
  • Ÿ Quand ? De quand date l’information ? Date de mise à jour ?
  • Ÿ Pourquoi ? Quel objectif, quel intérêt ?
  • Ÿ Où ? D’où provient l’information ?
  • Ÿ Comment ? Comment se présente le site ?

 

Camille COQUELLE & Séléna MOSCHKÉ, élèves de 4°Vienne


 

Les ados et les réseaux sociaux

 

Premièrement, sur 2,206 milliards d’utilisateurs des réseaux sociaux, 1,925 milliards sont actifs sur mobile et plus de la moitié sont des ados. La technologie est ancrée dans leurs vies. Ils ne peuvent s’en passer et elle a tendance à les envahir. De plus, avec le développement des smartphones, le nombre de jeunes connectés a augmenté. Même si les réseaux sociaux permettent de maintenir des liens, ils peuvent également les éloigner du monde réel. Par exemple : ils se font des amis virtuels.

 

Une distance de plus en plus fréquente chez les jeunes d’aujourd’hui qui privilégient les communications via un écran aux rencontres réelles.

 

Deuxièmement, il arrive que des ados dialoguent sur internet. Ils pensent le faire avec d’autres ados du même âge. Mais ils peuvent se retrouver à discuter avec des adultes malintentionnés. Il est donc indispensable pour ces jeunes d’avoir conscience que ce danger existe et donc de rester prudent et d’éviter de dévoiler trop de détails personnels ou de photos.

 

Troisièmement, toutes sortes d’informations circulent sur le net. Tout et son contraire peuvent être écrits dans deux articles différents. Ces informations proviennent de sources plus ou moins sûres. Il est donc nécessaire de trier ce qu’on lit afin de déceler le vrai du faux. Les « fake news » sont diffusées à partir des journaux parodiques. Ces derniers détournent des faits d’actualité, avec un côté humoristique ou ironique: il faut se rendre compte de l’inexactitude de l’information proposée.

 

Des relations dégradées.

 

  • Ÿ Ils n’ont pas conscience que ce qu’ils publient sur les réseaux peut avoir des conséquences.
  • Ÿ Exposés toute la journée, certains sont victimes de cyber harcèlement et ne peuvent rien faire pour arrêter ce fléau. Ils se coupent du reste du monde et cela peut avoir des conséquences plus graves comme la dépression ou le suicide.
  • Ÿ En France, 40% des élèves ont subi un harcèlement en ligne.

 

Les médias sociaux ont toutefois un effet bénéfique sur les enfants et les adolescents à condition d’être maîtrisés. Ils améliorent leurs communications, mais également leur potentiel créatif notamment par la réalisation de divers projets (blog, vidéos, musique…). La maîtrise de ces outils influe sur l’apprentissage et la construction de la personnalité.

 

Internet et les réseaux sociaux permettent également aux ados de trouver des réponses à leurs questions. L’accès à l’information sans barrière leur permet de s’ouvrir davantage, de se renseigner sur de nombreux sujets. Il faut savoir faire le tri entre info et intox.

 

Les ados n’ont pas forcément conscience de ce risque. Ils veulent faire comme tout le monde, ce qui a tendance à modifier leur comportement et cela peut aussi les isoler à trop vouloir s’exposer sur le web. Ils sont donc les plus touchés par ce phénomène.

 

Source: le journal du net 2019.                                                                                             

 

Anaëlle RIVIÈRE & Melvin LEBECQ, élèves de 4°Budapest


 

Avantages ou inconvénients ?

 

De nos jours, les réseaux sociaux font partie intégrante de nos vies. Ils facilitent la communication, l’accès à l'information et nous permettent d'apprendre des choses nouvelles que nous n'apprenons pas dans le système scolaire. Les réseaux sociaux nous permettent de nous évader et de penser à autre chose en rigolant et peuvent aussi nous sensibiliser à des causes comme la maltraitance animale ou encore relayer des informations. Ils ont aussi permis à des certains influenceurs de vivre grâce aux marques qui les payent pour partager leurs produits. Cela donne aussi l’opportunité à des artistes (musiciens, peintres, sculpteurs...) de gagner en visibilité. Les réseaux sont des lames à double tranchant puisque bien utilisés, ils peuvent être bénéfiques à l'égard des uns mais aussi néfastes au bonheur des autres. Le plus grand fléau est la haine véhiculée par les moqueries, insultes ou encore les photos. Certaines personnes le prennent à la légère et avec beaucoup d'autodérision mais d'autres personnes plus sensibles le prennent mal, ce qui peut les rendre tristes, déprimés et dans le pire des cas suicidaires. Des rixes peuvent aussi impliquer des individus qui n'ont aucun lien avec la querelle comme cela a pu se produire fin Janvier en plein Paris lorsque l’une d’elles a causé la mort d'un jeune homme de 14 ans. Les rixes se produisent suite à des différents que des bandes de quartiers rivaux ont pu avoir sur les réseaux. 

 

Rayan ZONZOLO-BAGAL & Amine MESSAOUDI, élèves de 4°Vienne


 

Les réseaux sociaux, de vrais attrape-nigauds ?

 

Il y a quelques semaines, une jeune fille âgée de 15 ans s’est faite harcelée sur les réseaux  sociaux par une fille de sa classe et son copain. Un jour, l’harceleuse a agressé la jeune fille dans son établissement scolaire et un conseil de discipline devait avoir lieu.    Quelques jours plus tard, ils lui ont donné rendez-vous sur le bord d’un quai de Seine. Ils l’ont battue et l’ont ensuite jetée dans le fleuve. A cause de tous les coups qu’elle avait reçus, elle n’a pas réussi à remonter à la surface. Elle est donc décédée suite à cela.

 

Cette histoire est l’une des répercussions du harcèlement mais il existe plus de 700 000 cas de harcèlement chaque année en France et les conséquences sont plus ou moins graves. Certaines personnes échouent progressivement à l’école, d’autres souffrent de traumatismes plus graves comme l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil,... qui  peuvent les amener au suicide.

 

Il n’y a bien sûr pas que des inconvénients sur les réseaux sociaux, il y a aussi des avantages : on peut communiquer avec ses amis ou sa famille, se divertir, s’informer et s’ouvrir sur le monde extérieur…

 

Mais attention, de nos jours, le nombre de cas de harcèlement augmente de plus en plus car les enfants s’inscrivent de plus en plus jeunes sur les réseaux sociaux. Bien que ceux-ci demandent, lors de l’inscription, l’âge de la personne voulant s’inscrire, les jeunes mentent sur leur âge. Du fait, les enfants risquent de se faire harceler sur les réseaux sociaux de plus en plus jeunes.

 

Alors, si vous faites partie de ceux qui subissent le harcèlement, parlez-en à quelqu’un, à une personne de confiance par exemple ou appelez le 3020.

 

Louise LIEBART & Eloïse DENISE, élèves de 4°Vienne


 

Les ados et les réseaux font-ils un bon duo ?

 

Les réseaux sociaux sont très présents dans la vie des adolescents et ont parfois un effet néfaste sur leur santé et sur leur attention : cyber harcèlement, usurpation d'identité… Les réseaux les plus populaires aujourd'hui sont Instagram, Snapchat, Tiktok, Twitter et Facebook.

 

Les adolescents devraient par conséquent réduire leur temps d'écran pour toutes ces raisons. Néanmoins, ils ont quand même quelques avantages comme le fait de pouvoir communiquer et de pouvoir faire de nouvelles rencontres.

 

D'après un article du journal « Le Monde » le cyber harcèlement touche les adolescents âgés de 13 à 16 ans, 40% des adolescents ont été confrontés à ce phénomène qui ne s'arrête jamais.

 

Pour conclure, il faut utiliser les réseaux sociaux avec modération et en cas de cyber harcèlement, n'ayez pas honte, parlez-en et appelez le 0800 200 000, des experts vous proposeront des moyens techniques, juridiques et psychologiques.

 

Lola QUESTROY & Julie BRULANT, élèves de 4°Budapest


 

Les adolescents et les réseaux sociaux

 

Les réseaux sociaux occupent une grande place dans la vie des jeunes âgés de 13 à 25 ans. Les principaux réseaux sont : Snapchat, Instagram, Tiktok, Twitter, Facebook et WhatsApp. Ils sont devenus très populaires avec des millions d'utilisateurs et pour y accéder, il faut créer un compte.

 

Ils permettent de s'informer, de communiquer, de se distraire, d'étudier, de travailler ou de rompre l'isolement. Par exemple, Snapchat nous permet de rester en contact avec nos amis tout le temps (y compris pendant le confinement !).

 

Pour communiquer avec les jeunes, le Président de la République s'exprime sur les réseaux comme Snapchat, Twitter, Instagram... Mais certaines personnes en abusent et font des actions malveillantes ou même parfois, ils partagent des photos inappropriées sans que la personne concernée ait donné son consentement. On peut recevoir des messages haineux jusqu'à être harcelé par des personnes que l'on ne connaît pas. Cela peut entraîner des conséquences graves pouvant aller jusqu'au suicide.

 

Pour veiller à la bonne utilisation des réseaux sociaux, il existe une réglementation que chacun doit respecter, et pour y veiller, il y a des modérateurs, des services de l'Etat (police spécialisée).

 

Si vous êtes victime de cyber harcèlement ou si vous connaissez quelqu'un qui en est la victime, un numéro est à votre disposition : il s'agit du 0 800 200 000.

 

 Aubane TELLE & Zelmire WROBLEWSKI, élèves de 4°Budapest